Le coût et le business model, éléments clés du calcul de valeur pour un projet IT

Intro

Tout DSI ou responsable de projet Supply Chain a déjà rencontré au moins une fois cette problématique : démontrer la réussite d’un projet IT. L’indicateur communément utilisé pour estimer la réussite d’un projet est le ROI (Return on Investment, Retour sur Investissement en français). De manière synthétique, cela revient à comparer le coût de l’investissement effectué avec le gain estimé. Cet indicateur de profitabilité est très utilisé, mais ne prend pas en compte l’impact intangible d’une solution sur le business, par exemple le niveau de stress des employés, la collaboration des équipes.

Si l’on souhaite prendre en compte l’impact financier (donc tangible) ET la valeur intangible d’une solution il faudra alors plutôt calculer le ROV (Return On Value, ou retour sur valeur). Cet indicateur prend en compte les indicateurs quantitatifs (investissement financier, coûts, temps, niveau de stocks…) mais aussi qualitatifs (communication au sein des équipes, diminution du stress des collaborateurs, structuration des processus…) dans le calcul de valeur. De cette manière le ROV peut s’appliquer à des solutions où il y a peu ou pas d’investissement financier comme les solutions SaaS, pour lesquelles le prix d’entrée est modéré et la notion d’investissement moindre.

Que l’on veuille calculer le ROI ou le ROV, il y a deux éléments importants à considérer en premier lieu : le coût de la solution (ce qui semble évident) et le business model de la solution mise en place. Ensuite l’analyse quantitative et qualitatives de différents KPIs permettront de compléter le calcul.

 

Le Prix pour une solution On-premise ou Cloud

Que l’on veuille calculer le ROI ou le ROV, la première étape est de savoir clairement les coûts associés au projet que l’on analyse. Que la solution soit du type On-premise ou Cloudil est important d’avoir une vision globale des coûts, que ce soit les coûts « transparents »(par exemple l’achat de licences ou un abonnement mensuel) ou les coûts « cachés » qui découlent de l’utilisation de la solution dans le temps et qui sont très souvent omis.

Ces coûts ne seront pas les mêmes suivant le projet et suivant le type de solution choisie. Une solution On-premise aura beaucoup plus de coûts cachés qu’une solution Cloud, qui par définition ne nécessite pas ou peu d’installation technique (entre autres).

Coûts cachés et Coûts visibles, la théorie de l’iceberg*

Le business model

Il est aussi important de comprendre quel est le business model de la solution choisie et de le prendre en compte lors du calcul du ROI ou ROV.

Typiquement, pour une solution Cloud, l’investissement de départ est très faible, mais, il faut payer un forfait de manière continue (abonnement mensuel). A l’inverse, dans le cas d’une solution On-premise, le coût d’entrée est bien plus important, et donc risqué si la solution ne correspond pas aux attentes. Il n’y a pas de mensualités, mais très souvent un coût de maintenance annuelle représentant un pourcentage du coût des licences (en général 20%).

 

[…] LIRE LA SUITE […]

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply