RYB fait confiance à Colibri et améliore son taux de disponibilité des stocks

RYB a décidé d’implanter Colibri, notre outil de Supply Chain management, pour répondre à ses besoins de collaboration et améliorer ces indicateurs de fiabilité et stocks

Le spécialiste des solutions polyéthylène, basé dans le département de l’Isère, est un leader sur le marché des solutions plastiques. Avec quatre sites de production, 60 Millions d’€ de revenus annuels en 2016, 170 employés et 25 tonnes transformées chaque année, RYB se positionne comme un acteur européen majeur sur son secteur.

Les enjeux

Ryb est soumis à une forte saisonnalité, en raison de son secteur d’activité, et à des temps de fabrication de plus en plus long (minimum 15h). Il faut donc environ 3 semaines minimum pour reconstituer un stock ce qui ne correspond pas aux attentes clients, en effet 80% des livraisons chez Ryb sont livrées en 5 jours. Il est donc important pour RYB d’avoir un processus de planification ferme et efficace.

Avant l’implémentation de Colibri, Excel était l’outil utilisé pour faire les prévisions des ventes et ses limites bloquait la réalisation complète de la mise en place du processus S&OP.

En effet, il était difficile de faire des simulations de prévision lors des réunions S&OP. Les commerciaux peu impliqués du fait de la complexité de l’outil faisaient leurs prévisions de leur côté et avaient leurs propres données.

D’autres enjeux plus numériques ont aussi poussé RYB à abandonner Excel et à rechercher une solution du marché :

  • Diminuer le taux de rupture
  • Baisser les couvertures de stock
  • Limiter les à-coups en fabrication avec la mise en place d’équipe d’urgence pour reconstituer un stock
  • Diminuer les coûts de transports en limitant les reliquats.

Devant ces problématiques Cyrille Antoine, Directeur Supply Chain et Opérations a décidé de chercher un outil de prévision des ventes. « Les prévisions permettent d’anticiper les besoins de production et maintenance et donc de diminuer le coût de transport, il était devenu nécessaire pour nous de se tourner vers un outil spécifique afin d’améliorer notre taux de service et BFR », explique-t-il.

Le nouvel outil de prévisions devait donc permettre de :

  • Faire des simulations en temps réelles plus précises par famille, client et produits
  • Simuler l’impact de la charge/capacité lors des réunions d’arbitrage S&OP
  • Synthétiser l’information dans une seule base commune,
  • Répondre au besoin fort de collaboration entre les différents services.

Le Processus

Le Processus S&OP de RYB est classique et repose sur un suivi et une régularité forte. Lors des cycles mensuels, les commerciaux doivent entrer leurs modifications par rapport aux prévisions de Colibri. Ils sont ensuite présents aux deux réunions d’arbitrages.

KPIs

RYB a calculé le ROI de Colibri à 3 mois. En plus d’un gain de temps certain calculé, les indicateurs de fiabilité et stocks se sont aussi améliorés.

  • Gain de temps : De plus de 10 jours avant à une seule personne en charge 3 jours par mois, pour récupérer et ajuster les prévisions.
  • Taux de fiabilité des prévisions par commerciaux / secteur / article est passé de 65 à 92 %
  • Taux de couverture de stock est passé de 1,2 à 0,9. Ce qui se traduit par un gain mensuel d’immobilisation de 200k€ de stock.
  • Taux de disponibilité des stocks est passé de 72% à 84%, voire 95% pour les produit de classe A.

« Tout n’est pas imputable à Colibri, mais cet outil nous aide à construire notre processus S&OP. Il nous fallait un outil de prévision parce que sinon c’était très compliqué de planifier sous Excel. »

Les points forts de Colibri selon Ryb :

  • La simplicité et ergonomie de l’outil
  • La collaboration
  • Les courbes et la simulation faciles à construire
  • Le coût

« L’outil est déployé depuis 8 mois et nous apporte beaucoup plus que ce que nous avions pensé, nous voulons maintenant aller plus loin en perfectionnant le lien entre Colibri et notre MRP et d’utiliser Colibri pour faire des simulations en termes de CA et non de quantité en ajoutant un prix de revient à chaque produit », conclut Cyrille Antoine.

Télécharger la version PDF

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply